Mobilité et aménagement du territoire

Mobilité et aménagement du territoire 2016-12-07T16:30:19+00:00

La première et souvent principale fonction d’un chemin ou d’un sentier, c’est avant tout de permettre le déplacement des personnes d’un point à un autre.

Mobilité douce

Les sentiers permettent souvent aux enfants de rejoindre l'école en toute sécurité - © Sentiers.be

Les sentiers permettent souvent aux enfants de rejoindre
l’école en toute sécurité – © Sentiers.be

Par le passé, la fonction économique des chemins et sentiers était la plus importante. La population des villages était souvent plus dense et les gens allaient travailler à proximité de chez eux (travaux agricoles, artisanat, métallurgie,…). Les chemins et sentiers étaient alors utilisés par tous.

Il est évident que rare sont ceux qui iront encore travailler à pied en traversant la forêt, mais rien ne nous empêche de prendre le temps de « cheminer » pour aller chercher un pain, rendre visite à un ami du village voisin, aller à l’école ou tout simplement rejoindre la gare ou l’arrêt de bus le plus proche. Les chemins et sentiers permettent à chacun de s’inscrire dans un processus intermodal de déplacements. Ils sont une alternative sécurisante au réseau routier. Les difficultés actuelles et à venir qu’impliquent nos besoins d’aller vite et partout (pollution, saturation, insécurité,…) devraient nous encourager à ne pas utiliser systématiquement la voiture.

Économie

© Fotolia

© Fotolia

D’un point de vue économique, les agriculteurs et les exploitants forestiers sont les deux principaux acteurs utilisant encore activement les chemins et sentiers, mais, l’hôtellerie et l’horeca sont également indirectement bénéficiaires de l’état des chemins et sentiers. Une région bien pourvue en circuits balisés et entretenus accueillera beaucoup plus de monde.

Aménagements

© Sentiers.be

© Sentiers.be

Dans un passé pas si lointain, les chemins et sentiers étaient souvent oubliés par les aménageurs. Combien d’impasses créées par la suppression de passage à niveaux ? Combien de sentiers supprimés lors des remembrements ruraux ? Combien d’autres engloutis dans les zonings de toutes natures ?

Fort heureusement, les choses ont évolué et la mobilité douce est devenue un élément important de tout plan d’aménagement. Plus aucun P.C.A. (Plan Communal d’Aménagement), P.C.D.R. (Programme Communal de Développement Rural) n’ignore les questions liés à la mobilité, et donc à l’état du réseau de chemins et sentiers publics.

Planification

Venelle permettant de rejoindre le centre d'un nouveau quartier à un RAVeL - © Sentiers.be

Venelle permettant de rejoindre le centre d’un nouveau
quartier à un RAVeL – © Sentiers.be

Beaucoup de projets de nouveaux quartiers intègrent désormais d’anciennes ou de nouvelles voiries pour les usagers doux.

Depuis plusieurs années, les communes sont d’ailleurs invitées à établir un plan de mobilité reprenant l’ensemble des problématiques et des solutions proposées pour relier les points d’intérêt collectif (écoles, commerces, centres sportifs…) et les noyaux urbanisés (centres villageois, quartiers excentrés…).