Passages piétons couleurs ou noir et blanc ?

Le noir et blanc c’est chic et efficace, mais parfois on a envie de couleurs dans la vie.

On voit de plus en plus fleurir des aménagements de passages piétons colorés. Les raisons en sont multiples, actes militants de reconnaissance d’une cause comme celle des droits des personnes LGBTQI dans le cas des passages piétons arc-en-ciel, renforcement de la visibilité d’une zone piétonne sensible par exemple aux abords d’une école, envie d’aménagements urbains alternatifs et attrayants pour redynamiser un quartier … Cependant, ces aménagements sont mis en place pour l’instant surtout en Amérique du Nord, États-Unis et Canada. 

 

 

Mais que dit la loi à ce sujet. Car si c’est bien les communes ou la région qui sont en charge de la signalisation sur les routes, des règles doivent néanmoins être respectées soit d’un point de vue réglementaire, soit d’un point de vue sécurité routière.

Au niveau réglementaire, le marquage des traversées piétonnes est régi par l’article 76.4 : « les passages piétons sont délimités par des bandes de couleur blanche, parallèles à l’axe de la chaussée ». Le code du gestionnaire (Art 18.3) en précise quant à lui les modalités pratiques : « La largeur et l’écartement des bandes sont d’environ 0,5m et leur longueur d’au moins 3 m sur les routes où la vitesse est inférieure à 70 km/h. ». Tout autre aménagement où les bandes seraient dans une autre couleur que le blanc n’est donc pas considéré comme une traversée piétonne au sens réglementaire du terme. Ceci peut donc avoir des impacts en cas d’accident ou conflit, en regard d’autres articles du code la route gérant les règles de priorité entre les piétons et les autres usagers ainsi que les responsabilités des usagers et des gestionnaires de voiries.

 

Guadelupe SaSuBo

 

Cependant, si vous avez bien lu et tout compris, la conclusion est que rien n’interdit de peindre entre les bandes blanches !

D’un point de vue sécurité routière, l’administration wallonne émet quelques réserves en terme de contrastes qui doivent rester importants, l’utilisation de peintures suffisamment rugueuses pour éviter des traversées piétonnes glissantes et le fait qu’il faut une certaine sobriété dans les aménagements d’une même zone enfin d’éviter un trop grand nombre de distractions.

 

 

Vous pouvez retrouver l’ensemble de la réglementation relative aux traversées piétonnes dans la brochure du même nom : Guide des traversées piétonnes éditée par le SPW.

Au-delà des goûts et des couleurs, il faut donc analyser la situation au cas par cas pour que ce type d’aménagement ait une vraie valeur ajoutée tout en ne compromettant pas la sécurité des usagers. Dans le cas de voirie à 90km/h, il faudra sans doute privilégier la visibilité du passage pour piéton alors que dans des zones où la circulation est plus apaisée, la créativité aura toute sa place. 

Par | 2018-06-12T08:11:33+00:00 24 mai 2018|Aménagements|