Points-nœuds : pour vous aider à démêler le nord du sud !

Non, non, ceci n’est pas un article pour le nouveau point de tricot à la mode. Les « Points-nœuds », c’est ce système directionnel magique qui vous permet de créer une infinité de promenades différentes tout en étant certain de savoir où l’on est et où l’on va. Parce que comme le dirait Perceval, le Gallois de Kaamlott : « Faut arrêter ces conneries de nord et de sud ! Une fois pour toutes, le nord, suivant comment on est tourné, ça change tout ! ».

Au commencement, on les appelait des knooppunten. C’est en effet en 1996, à Genk, dans le Limbourg, que cette technique est inventée avant de se développer dans le reste de la Flandre, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et même plus récemment en Wallonie. L’idée géniale est d’interconnecter les itinéraires vélo grâce à un système de maillage composé de tronçons de 5 à 8 km maximum, formant une juxtaposition de boucles de 15 à 25 km de longueur. Chaque intersection de parcours (les nœuds) est numérotée et comporte des balises directionnelles qui indiquent les autres points nœuds les plus proches.

Système des points-nœuds vélo en Wallonie (Pays de Chimay et Entre-Sambre-et-Meuse).

Abracadabra, comment ça fonctionne ?

Encore plus simple qu’un plan de montage Ikea ! Trois étapes suffisent et même pas besoin de petite clef pour les vis : étape 1 : prendre la carte à points-nœuds de la région que vous souhaitez explorer ; étape 2 : repérer sur la carte le parcours que vous désirez faire et noter l’enchaînement des numéros et étapes 3 : bouger. Rendez-vous à votre point de départ et en route pour votre parcours en suivant la liste de vos numéros. En boucle, en ligne droite, en zigzag, tout est possible. Fatigué ou plein de ressources, vous pouvez même adapter le circuit en cours de balade. Sur carte, chaque tronçon est renseigné avec une distance. Vous pouvez obtenir tous les points-nœuds et knooppunten belges sur http://fietsroute.org/planificateur-velo-belgique.

En Wallonie ?

Chez nous, le système de points-nœuds s’installe progressivement. Dans les communes germanophones, 350 km d’itinéraires cyclables sont balisés. Idem au Pays de Famenne où le réseau des points-nœuds permet de relier 350 km de réseaux cyclables. En Wallonie Picarde, 1600 km d’itinéraires sont balisés de Comines-Warneton à Bernissart (le long de la frontière française), de Bernissart à Enghien et d’Enghien à Comines-Warneton (le long de la frontière linguistique). Au Pays de Chimay et dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, vous trouverez également 350 km d’itinéraires balisés. En Province de Liège, la Basse-Meuse est en partie équipée de points-nœuds et tend à élargir le balisage. La Province du Brabant Wallon aussi avec ses 1050 km. Enfin, les Provinces de Namur et Luxembourg ne sont pas non plus en reste puisqu’elles envisagent également la mise en place d’un tel réseau sur leurs territoires.

Système de points-nœuds vélo mis en place au Pays de Colline (Wallonie picarde).

Et à Bruxelles ?

À Bruxelles, ce sont principalement les déplacements utilitaires qui priment : boulot, courses, médecins, loisirs, etc. Les points-nœuds avec leur maille de 5 à 8 km sont moins adaptés pour ce type de déplacements. Mais ce n’est pas pour cela que rien n’existe, au contraire ! Le réseau d’Itinéraires Cyclables Régionaux (ICR) y est aménagé et est en lien avec les points-nœuds présents autour de la région. Au nombre de 19, ces itinéraires empruntent généralement des voiries locales, où le trafic est moins dense, moins rapide, et donc moins stressant que sur les voiries principales.

Et pour les piétons ?

Ici aussi, certains ont une longueur d’avance. Au Nord du Pays, près de 8500 km de petites voiries sont déjà balisées. Parce que si ce système fonctionne si bien pour les cyclistes, pourquoi ne pas en faire une version piétonne en adaptant les distances ? Depuis 2006, Sentiers.be propose déjà un système hybride de liaisons intervillages dans le cadre de ses réseaux communaux de mobilité douce (17 communes). Système qui ne pourra que s’améliorer en tenant compte d’un ensemble de plus en plus complet de données liées à la mobilité (intermodalité, points d’intérêt collectifs, etc.), mais aussi au sport, loisirs et tourisme, à la nature ou encore au patrimoine.

Système du « Wandelkoopunten » piéton en Flandre : déjà 8500 km de petites voiries balisées.

Avec l’actualisation en cours de l’Atlas des voiries communales, une véritable mine d’informations mises à jour sera d’ailleurs disponible et permettra de réaliser efficacement ce travail. Le système points-nœuds permet également d’assurer une mise en lumière et la viabilité de nombreuses petites voiries parfois moins utilisées. En Wallonie Picarde, des point-nœuds pédestres se concrétisent aussi. Ceux-ci ne sont pas (encore) reconnus comme balisage officiel par le Commissariat Général au Tourisme (CGT) mais espérons que cela ne saurait tarder. De nombreuses communes en Wallonie ont en effet déjà émis le souhait de voir ce type de signalétique directionnelle se généraliser.

Système de points-nœuds piéton mis en place au Pays de Colline (Wallonie picarde).

En résumé

Les 10 avantages des points-nœuds :

  • La possibilité de circuler dans les deux sens.
  • La possibilité de rejoindre le réseau à partir de n’importe quel nœud.
  • Le nombre quasi illimité de variantes.
  • Un réseau extensible à l’infini.
  • Savoir facilement vers où et d’où on vient.
  • Un balisage simple, discret et peu onéreux avec possibilités de signes spécifiques à certains endroits (sécurité, mobilité, environnement, patrimoine…).
  • La possibilité d’établir progressivement un réseau en étalant les aménagements dans le temps en fonction des moyens disponibles.
  • Un réseau régional cohérent à la place d’une somme de réseaux communaux indépendants.
  • La restauration d’un réseau « mode doux » parallèle au réseau routier.
  • La mise en valeur des éléments patrimoniaux excentrés des circuits touristiques établis.

Pour les plus courageux, sachez qu’il est possible de relier Londres à Rome en vélo via les Knots, knooppunten, points-nœuds et autres piunti nodi :-). En passant par la Belgique bien sûr ! Il ne vous reste plus qu’à suivre les flèches ! Ha non, les numéros !

Par | 2017-04-20T15:03:23+00:00 17 février 2017|Aménagements, Mobilité douce, Tourisme|

Laisser un commentaire

Anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.